Le soleil

By

Il est très tôt mais pourtant je suis venue m’installer,

J’ai fermé les yeux un instant et l’herbe fraîche de rosée,

Dans ce silence matinal inonde de son odeur,

Tout mon être intérieur et mon coeur est heureux.

Lorsque tu te lèves le matin à cet instant décidé,

Je n’ai besoin d’ouvrir les yeux pour sentir ta présence.

Je sens sur mes paupières ton halo me frôler,

Une sensation agréable, tu es doux et léger.

Cette odeur sur ma peau qui m’inonde et me touche,

Me rappelle cette nuit où j’étais contre lui.

Chaque jour je t’attends pour te voir et t’aimer,

T’aimer comme toujours car sans toi plus de jour.

Que seraient nos vies sans toi pour donner,

Cette joie pour chérir ces journées défiler.

Et quand tu décides soudain que le temps est venu,

D’un seul coup nous quitter pour aller te cacher,

Nous pouvons malgré tout admirer ton départ

Majestueux tu es, ces couleurs de toutes parts.

Nos mines enjouées se parent de tristesse désormais

De ne plus profiter de cet immense bienfait.

Alors le plus dur est toujours chaque minute d’espérer,

De percevoir sans douter ton retour arriver.

Alors si tu pouvais enfin te figer pour finir,

Nous pourrions nous réjouir de ton éternité à venir.

Mais ce ne serait plus à ce moment précis,

Un bonheur si intense, une jouissance infinie.

Et c’est ainsi que se traduit ta présence

L’inconstance est je pense un atout de puissance.

Mais pourquoi cet amour, ce sentiment unanime,

Pour cet astre qui brille et qui peut bien souvent,

Se dévoiler notre ennemi et nous prendre en passant.

Parce que sans lui pas de vie,

Parce que sans lui, la nuit,

Nuit noire et sans lumière

Nuit noire et sans bruyère,

Plus aucune source de vie

Plus d’espoir de survie,

Nous dépendons de sa lumière

Comme nos poumons de l’air.

Laure

Publicités