On ne badine pas avec sa vie

By

On ne badine pas avec sa vie

Ici en Sicile, on ne rigole pas avec un simple lapsus. Un mot mal placé et hop vous passez pour une taupe et cela se finit en bagatelle. Un regard trop insistant sur la belle brune et ses belles boucles anglaises, femme du malfrat et vous êtes bon pour le crime passionnel. Tout peut être mal interprété et vous jouez donc souvent à la roulette russe si vous êtes trop tête en l’air ou tout simplement esclave de votre fatigue (ou encore idiot). Etre sur ses gardes est donc de mise et de bon ton pour ne pas se trouver dans la ligne de mire d’un de ses fous de la gâchette. Prenez des pincettes assurément et le concept du “je ne vois rien, je n’entends rien, je ne dis rien” doit vous être familier voir indispensable pour ne pas passer de vie à trépas.

Et faites bien attention car une simple morsure peut vous vampiriser et vous faire devenir celui que vous redoutez. Alors chaussez bien vos tennis car en cas de fausses notes il vous faudra courir vite pour penser à votre exil et aller rejoindre une île déserte. Car désolé, mais point de possibilité de faire appel à un quelconque médaillon magique pour vous sauver de l’impossible et de l’inéluctable. Pensez donc dès maintenant à une reconversion, que ce soit de devenir fleuriste à vendre des roses, des hortensias, des gerberas ou autres en Amérique du Nord ou bien alors de vous lancer dans la restauration à confectionner des petites verrines de kangourous en Australie (attention ce n’est peut-être pas autorisé).

Rappelez-vous bien que cette histoire n’est qu’une fiction, je ne voudrais pas me retrouver dans un viseur de n’importe quel sorte qu’il puisse être.

Ceci est ma participation au jeu d’écriture chez Olivia “Des mots, une histoire” récolte 73. Les mots imposés : tennis, fatigue, désolé, verrine, bagatelle, anglaise, brune, ligne, exil, médaillon, hortensia, lapsus, concept, roulette, pincettes, morsure, passionnel.

Advertisements