By

Les effluves de ton corps
Jusqu’au bout me dévorent
De ce désir intense
Qui sur moi fait cette danse

Lancinante et humide
Insolemment timide
Retenue très bourgeoise
Capricieuse et pantoise

Quand soudain sans attendre
De tes reins tu viens prendre
Ma si farouche douceur…
cette extase ! je me meurs…

Ce poème est né par la lecture d’une phrase : « Soyez érotique en moins de 50 mots » trouvé ICI

Et merci à Ndoshta pour son accueil.

Advertisements