le chemin panseur

By

Le chemin panseur

62207b51eaed40b66e763743f0317c62-d4mzzih

Photo de Lenmanaa sur deviantart

J’aime à venir effectuer ma balade pour rejoindre cette église, entourée de ces chênes impressionnants et qui donnent de l’importance au lieu, de l’âge. Ma préférence va à un temps un peu voilé et nuageux, légèrement mais pas de trop, en fin de journée l’hiver. Je profite, sur le chemin qui y mène, de ce soleil fatigué et repu qui vient de ses rayons chatouiller ces amas blancs et gris dans le ciel, leur donnant des couleurs chaleureuses, orangées et rosées. Le reflet de ce ballet aérien dans la mer à l’étale, qui entoure cette petite presqu’île, est élégant et propice à la divagation de l’esprit dans une douce et heureuse robe de pensées régénératrices. Humer l’air marin et frais, étoiler nos yeux de ces belles offrandes de la nature, soigner nos plaies de ce baume de plaisir comme l’aloes panse nos blessures. J’aime à accomplir un chemin toujours identique. Cette envie irrésistible de le redécouvrir sans cesse différent par les personnes qui le parcourent et le temps invariablement variable, mais sans cesse semblable par les odeurs qui l’envahissent et les monuments invariablement invariables.

Impossible ici de me châtrer de tout ce qui est l’essence même de mon être : ma capacité à la rêverie et à l’infiniment grande extraction de ce monde polluant et pollué de tous ces diables vivants, démons de midi ou minuit, pauvres âmes en perdition, satanés maîtres supposés du monde et de l’ensorcellement social ou autre. Je me laisse gifler par ce vent cinglant qui vient soudain prévenir de la nuit à venir. Il est temps alors de décrire encore quelques pas effrontés afin d’arriver au but avant de rebrousser chemin, pour toujours et encore retrouver cette réalité, réalité de la vie et du quotidien fatiguant et usant. Attendre la prochaine escapade, la prochaine bouffée d’air revigorante et purifiante. Et la chose est sûre, je reviendrai, comme à chaque dimanche où le temps me plait, où le ciel me parle et m’appelle, où la mer se repose et se laisse tranquillement illuminé par le soleil couchant.

Ceci est ma participation au jeu d’écriture chez Olivia « Des mots, une histoire » n°88. Les mots imposés : église, attendre, châtrer, midi, pauvre, chose, toujours, diable, aloes, envie, décrire, accomplir, étale.

Edit : En fait il y avait une erreur de frappe au départ à l’annonce des mots et ce n’était pas « aloes » mais « alors » qu’il fallait utiliser. Mon texte déjà fait j’ai gardé « aloes » et ajouté « alors ».

plumedesmotsunehistoire5

Publicités