Marcher sur le sable

By

Marcher sur le sable

Little_path_on_the_sands_by_Aletsia (1)

En ce début de mois d’avril le temps est exceptionnellement doux, je peux même dire qu’il fait chaud. Je suis sur la plage, au bord de l’eau, j’ai retroussé mon pantalon, les chaussures à la main. Je marche droit devant moi laissant la mer me lécher les pieds de ses vagues froides, nonchalantes et douces. Le temps est vraiment calme aujourd’hui, juste ce qu’il faut de souffle d’air, quel agréable climat. J’aime ce moment qui me rappelle toute ma petite jeunesse lorsque nous venions avec ma famille nous promener. Mon frère et moi chahutions dans le sable comme des malpropres, lancions des coquillages dans la mer, courions l’un après l’autre en criant à tout va, en gloussant et en nous tordant de rire, une ribambelle d’onomatopées accrochées à nos lèvres. C’était la belle époque, des beaux souvenirs, je me les rappelle toujours avec une infinie tendresse, une belle nostalgie.

Un vieux gréement au loin profite de ce petit été avant l’heure. Des dizaines de voiliers gravitent alentours parsemant la mer de toutes ces robes blanches et brunes. Un léger vent suffit à faire naviguer tout cet ensemble en un défilé dansant irrésistible et élégant, messager de liberté et de fraîcheur. Je m’arrête un instant pour les observer. Mes pieds nus s’enfoncent légèrement dans le sable et la mer de ses va-et-vient me chatouille et me caresse, que j’aime cette sensation ! Parfois je suis surprise par une vaguelette plus téméraire et vive, elle m’éclabousse et je recule, amusée, je me sens vivante.

Après une semaine de dur labeur et pour éviter tout surmenage, rien de tel qu’une grande balade rêveuse, portée par l’air marin. Je continue ma marche, ce petit vent me frôlant les joues avec douceur, le soleil les réchauffant de ses rayons francs et bienfaiteurs, je  me sens planer.  J’aime voir les familles profiter de ces premiers jours printaniers, les sourires aux lèvres de voir enfin l’hiver prendre ses quartiers, la promesse de jours ensoleillés et chaleureux. Les enfants sont heureux, les chiens s’ébrouent de leur premier bain de l’année, aspergeant au passage les pauvres gens qui étaient à côté à ce moment là. Mais personne n’est contrarié, la politique de ses premiers beaux jours est à la joie, au sourire et à l’amour.

Ceci est ma participation au jeu d’écriture « Des mots, une histoire » n°91 proposé par Olivia. Les mots imposés : surmenage, jeunesse, onomatopée, malpropre, climat, lancer, messager, grande, politique, gréement. Retrouvez toutes les participations à partir du vendredi en cliquant sur le lien du prénom.

plumedesmotsunehistoire5

Advertisements