Une citation #1

By

220px-Fernando-pessoa1

Lorsque, telle une nuit d’orage à laquelle succède le jour, le christianisme a cessé de peser sur les âmes, on a pu voir alors les ravages qu’il avait causés, de façon invisible ; le désastre qu’il avait entraîné n’a été perceptible que lorsqu’il a lui-même disparu. Certains ont alors cru que le désastre était causé par cette disparition : mais celle-ci l’avait seulement révélé, et non provoqué.

Il ne restera alors plus, dans le monde des âmes, que le désastre bien visible, le malheur évident, que ne cachait plus une nuit faussement miséricordieuse. Les âmes se virent telles qu’elles étaient.

Certaines métaphores sont plus réelles que les gens qu’on voit marcher dans la rue. Certaines images,  au détour de certains livres, vivent avec plus de netteté que bien des hommes et  des femmes. Certaines phrases littéraires ont une personnalité absolument humaine. Il est des traits, dans certaines pages que j’ai écrites, qui me glacent de terreur, tellement ils m’apparaissent comme des êtres humains, tellement ils se détachent sur les murs de ma chambre, la nuit, dans l’obscurité…

Fernando Pessoa Le livre de l’intranquillité, signé de l’hétéronyme Bernardo Soares

Advertisements