Osamu Dazai – Soleil couchant

By

soleil couchant

Je ne mets pas la quatrième de couverture car à mon sens elle en dit beaucoup trop.

Une famille d’aristocrates se voit ruinée à la fin de la seconde guerre mondiale. « Tels sont les gens du Soleil couchant » (lancée par Osamu Dazai, cette expression a fait fortune au Japon, au point de qualifier aujourd’hui, jusque dans les dictionnaires, les membres déchus de l’aristocratie) (extrait de la quatrième de couverture). Elle doit se résoudre à quitter sa luxueuse maison pour déménager dans un chalet de montagne plus sobre. Cette famille est composée de la mère et de Kazuko, la fille. « A présent, Mère était ruinée. Elle avait tout dépensé pour nous, pour Naoji et pour moi-même, sans nous refuser un yen, et elle était forcée de quitter la maison où elle avait passé tant d’années, pour entreprendre une vie de misère dans un pavillon, sans la moindre servante. » Le père est mort dix ans auparavant et le fils, parti dans les îles du sud pacifique n’a pas donné de nouvelles. Jusqu’au jour où l’oncle Wada leur apprend qu’il est toujours en vie et qu’il va revenir une fois qu’il sera désintoxiqué de toutes ses drogues. En effet Naoji est un drogué et ce depuis longtemps.

C’est vraiment très dur pour la mère de partir ainsi : « Je vais à Izu parce que tu es avec moi, parce que j’ai charge de toi. (…) – Et que feriez-vous si vous ne m’aviez pas ? demandai-je malgré moi. Mère fondit en larmes. – Je n’aurais rien de mieux à faire que de mourir. Je voudrais mourir dans cette maison où ton père est mort. » Kazuko, la narratrice, comprend alors le désespoir « Pour la première fois de ma vie, je réalisai quel enfer horrible, lamentable et sans espoir de salut représente la ruine. » Les débuts sont difficiles, Kazuko provoque un incendie sans le vouloir et c’est pour elle un terrible déshonneur. Elle aurait pu mettre le feu à  tout le village alors de maison en maison elle va présenter ses excuses et remettre une liasse de billets. Elle ira travailler dans les champs, elle a été mobilisée, et Naoji reviendra. Mais que de façon ponctuelle car il ira ensuite régulièrement à Tokyo pour s’alcooliser avec un certain Monsieur Uehara Jirô, auprès duquel il contractera des dettes. Kazuko rencontrera cet homme une fois et elle tombera amoureuse de lui. Cependant cet homme l’ignorera sans répondre à ses lettres. La mère a des problèmes de santé et petit a petit son état se dégradera.

Dans ce roman très bien écrit, on nous parle du désespoir humain, de la condition de ces aristocrates déchus avec la seconde guerre mondiale, où l’aristocratie prendra un sacré coup de scalpel. Comment se comporter, comment vivre lorsqu’on perd son statut, sa richesse. Comment se recréer des repères quand les valeurs ne sont plus les mêmes et que tout ce que nous connaissions s’envole en fumée. Comment vivre avec la peur de l’avenir ? La force de garder certaines traditions de noblesse. On y parle aussi du désir vital pour une femme d’avoir un enfant et de tout ce qu’elle est prête à faire, aussi par amour. Ici on trouve toute la volonté de vivre de Kazuko et de sa croyance en l’avenir et tout le désespoir de son frère. Une souffrance de vie. La jalousie entre un frère et une soeur. Une écriture qui dépeint parfaitement le trouble de cette période difficile et transitoire au Japon, les émotions des personnages, leurs malaises et leurs préoccupations.

Et sans dire de qui il est, il faut savoir que dans ce roman est écrit un testament qui est, selon moi, une merveille d’écriture et qui relate parfaitement les errances mentales et la guerre intérieure d’une personne. On retrouve aussi dans ce roman l’expression parfaite de la déchéance physique pour certains mais aussi l’amour tortueux, l’amour plein, l’amour assouvi, l’amour secret ou encore l’amour platonique. L’amour familial est, de même, très présent dans cette histoire. Et tout ceci dans une société en pleine mutation. Cette histoire écrite par Osamu Dazai est forte de signification quant à un pan de l’histoire du Japon. C’est un livre de dramaturge, il est à prendre comme tel, une lecture très intéressante  d’après moi. La plume y est parfois poétique et parfois violente. On y perçoit toute le tumulte, les tourments et la souffrance de cet auteur, suicidé alors qu’il n’avait pas encore 40 ans. Mais ici une personne essaie de s’en sortir, une raison de vivre non négligeable, mais je ne peux vous en dire plus…

Biographie : Osamu Dazai (太宰 治, Dazai Osamu), né le 19 juin 1909 et mort le 13 juin 1948, est l’un des écrivains japonais les plus célèbres du xxe siècle. Il est surtout connu pour son style ironique et pessimiste, typique du watakushi shōsetsu, ainsi que pour une obsession pour le suicide et son sens aigu de la fantaisie.

Citations :

« Sensation de désespoir, comme s’il était absolument impossible de continuer à vivre. Des vagues douloureuses battent sans cesse sur mon coeur, comparables aux nuages blancs qui, après un orage, courent avec frénésie sur le ciel. Une terrible émotion – dirai-je une appréhension ? – me tord le coeur et ne le lâche que juste à temps, rend mon pouls arythmique et me coupe le souffle. Par moments, tout devient brumeux et noir devant mes yeux et je sens la force de tout mon corps s’échapper par le bout de mes doigts. »

« Depuis le déshonneur dont je fus coupable en risquant de provoquer un incendie, je crois parfois sentir que mon sang est un peu plus foncé et que je deviens chaque jour davantage une campagnarde épaisse. Quand, par exemple, je reste assise sur la terrasse pour tricoter avec Mère, j’éprouve un malaise étrange et c’est avec soulagement que je pars travailler la terre. »

« Ma première lettre faisait allusion à un arc-en-ciel déployé dans mon sein. Cet arc-en-ciel n’a pas la beauté fine de l’éclat des étincelles ou des étoiles. S’il était aussi léger, aussi lointain, je ne souffrirais pas de cette manière et il est probable qu’avec le temps je vous oublierais. L’arc-en-ciel déployait dans mon sein est un pont de flammes. La sensation en est si vive qu’elle me brûle le sein. Le besoin de narcotiques pour un intoxiqué privé de drogues ne peut être aussi pénible. (…) Je vous en prie,  venez ici juste une fois. »

« Je me demande si nous sommes à blâmer, après tout. Est-ce notre faute si nous sommes nés aristocrates ? Simplement parce que nous sommes nés dans cette famille, nous sommes condamnés à passer notre vie entière dans l’humiliation, les excuses et l’abaissement, comme tant de Juifs. »

J’intègre cette lecture au challenge Ecrivains japonais 2013 d’Adalana, au challenge ABC Babelio 2012/2013 et au challenge Petit bac 2013.

ecrivains-japonaiscritiquesABC2013petitbac2013

Publicités