Les diaboliques – Jules Barbey d’Aurevilly

By

les diaboliques

Quant aux femmes de ces histoires, pourquoi ne seraient-elles pas les Diaboliques ? N’ont-elles pas assez de diabolisme en leur personne pour mériter ce doux nom ? Diaboliques ! Il n’y en a pas une seule à qui on puisse dire sérieusement le mot « Mon ange! » sans exagérer. Comme le Diable, qui était un ange aussi, mais qui a culbuté, -si elles sont des anges, c’est comme lui, – la tête en bas, le… reste en haut ! {quatrième de couverture}

Dans ce livre, recueil de six nouvelles plus ou moins longues, Barbey d’Aurevilly nous parle de toutes ces femmes aux multiples facettes, pouvant être froides, méprisantes, impassibles, comédiennes, vengeresses, cruelles, manipulatrices, même démoniaques, au choix… Tout en étant d’un autre côté fougueuses, maladroites, amoureuses, passionnées… au choix… Ici les femmes sont les dominantes, celles qui ont le dernier mot, et les hommes sont les pauvres victimes d’un ensorcellement, d’un pouvoir magnétique de la femme, comme la mante religieuse. Ce qui n’empêche pas de trouver aussi des hommes cruels, meurtriers, vengeurs. De la simple vengeance au meurtre, à la folie, où sont les limites ? Des souvenirs parfois glaçants pour ces hommes qui en ont croisées, dans l’admiration pour certains.

Ici le narrateur est toujours le témoin d’une histoire qu’on le lui a racontée et le retranscrit au lecteur. Nous sommes au 19ième siècle et l’on y croise donc l’aristocratie, les dandies, les prostituées, l’adultère… Barbey d’Aurevilly est un très bon conteur, sait nous tenir en haleine et nous surprendre. Il a fait le choix de traîner en longueur, faut-il encore l’apprécier. Pour ma part j’ai senti parfois que c’était trop, trop de bavardages qui peuvent me lasser. Mais c’est une époque et on le lit comme tel. Entre Le rideau cramoisi, Le plus bel amour de Don Juan, Le bonheur dans le crime, Le dessous de carte d’une partie de Whist, A un dîner d’athées et La vengeance d’une femme, ma préférence se porte sur Le plus bel amour de Don Juan pour la description de cette femme et cette fille où là le faux-semblant est à son paroxysme ainsi que la perfidie, comme beaucoup dans ce recueil, mais j’ai aimé ces portraits. Je dois dire que Le bonheur dans le crime m’a séduite aussi par l’aplomb de cette autre femme et l’effacement dont elle a pu faire preuve.

Des portraits brossés avec un talent littéraire indéniable, savoureux, de l’ironie (et ça j’adore !) d’une psychologie très juste mais paradoxalement assez caricaturale, ce qui est sans doute voulu. Il met en exergue les possibilités sans limites de la partie sombre des êtres, surtout des femmes évidemment, Les Diaboliques, et de l’amour sous toutes ses formes, du plus perfide au plus meurtrier et écoeurant. Des descriptions très longues, mais qui permet d’avoir des personnages fouillées autant physiquement que moralement et psychologiquement. Des énigmes, des questions en suspens. J’ai adoré ces histoires mais cela ne peut être un coup de coeur car l’approche par le bavardage n’est pas dans ce que je préfère. C’est difficile à définir, j’ai aimé sans être totalement charmée, charmée par les mots, l’histoire mais pas par l’esprit « bavard ».

Une lecture commune avec  MinouDenisChroniques littérairesL’oeil qui fumeAaliz.

Et merci à toi Minou de m’avoir fait sortir ce livre de ma PAL !

Citations :

« Lui, il eut, ce soir-là, la volupté repue, souveraine, nonchalante, dégustatrice du confesseur de nonnes et du sultan. Assis comme un roi – comme le maître – au milieu de la table, en face de la  comtesse de Chiffrevas, dans ce boudoir fleur de pêcher ou de… péché (on n’a jamais bien su l’orthographe de la couleur de ce boudoir), le comte de Ravila embrassait de ses yeux, bleu d’enfer, que tant de pauvres créatures avaient pris pour le bleu du ciel, ce cercle rayonnant de douze femmes, mises avec génie, et qui, à cette table, chargée de cristaux, de bougies allumées et de fleurs, étalaient, depuis le vermillon de la rose ouverte jusqu’à l’or adouci de la grappe ambrée, toutes les nuances de la maturité. »

« Elle avait les cheveux de la Nuit, – reprit Ravila, – mais sur le visage de l’Aurore, car son visage resplendissait de cette fraîcheur incarnadine, éblouissante et rare, qui avait résisté à tout dans cette vie nocturne de Paris dont elle vivait depuis des années, et qui brûle tant de roses à la flamme de ses candélabres. Il semblait que les siennes s’y fussent seulement embrasées, tant sur ses joues et sur ses lèvres le carmin en était presque lumineux ! »

« Elle ne voyait, elle, dans la rigidité de cette lèvre étroite et meurtrière, que le fil d’acier sur lequel dansait incessamment la flèche barbelée de l’épigramme. Des yeux pers (car la comtesse portait de sinople, étincelé d’or, dans son regard comme dans ses armes) couronnaient, comme deux étoiles fixes, ce visage sans le réchauffer. Ces deux émeraudes, striées de jaune, enchâssées sous les sourcils blonds et fades de ce front busqué, étaient aussi froides que si on les avait retirées du ventre et du frai du poisson de Polycrate. »

Biographie : Jules Barbey d’Aurevilly (Saint-Sauveur-le-Vicomte, en Normandie2 novembre 1808 – Paris23 avril 1889) est un écrivain français. Surnommé le « Connétable des lettres », il a contribué à animer la vie littéraire française de la seconde moitié du xixe siècle. Il a été à la fois romanciernouvellisteessayistepoètecritique littérairejournalistedandy, et polémiste. La suite ICI.

Pour suivre mes lectures communes c’est ici :

LClogo

Publicités