Le mois anglais is back !

By

keep-calm-and-read

C’est parti je me lance ! Je me suis inscrite le mois dernier pour participer au challenge du mois anglais proposé par Titine et Lou. De quoi s’agit-il ? Il faut tout simplement, pendant un mois déterminé, cette fois ce sera le mois de JUIN, faire des chroniques sur ce que nous voulons à condition que ce soit anglais : livres, films, cuisine, voyage, exposition… Pour ma part je parlerai de livres aux auteurs anglais.

Plusieurs lectures communes sont déjà prévues et un groupe est créé sur Facebook.

Voici les lectures communes que j’ai prévues pour le moment :

– 15 juin : Un livre au choix de Virginia Woolf. J’ai choisi La promenade au phare. Avec Heide, Eliza, Vanessa, Denis, Titine et Adalana

la promenade au phare

À 43 ans, jusqu’alors hantée par la disparition prématurée de sa mère et par le despotisme intellectuel et affectif de son père, Virginia Woolf se décide enfin à les placer au centre de son écriture. Avec passion et, pour la première fois, avec une immense facilité, elle se jette dans ce poème psychologique, chaque page la délivrant peu à peu et définitivement de ses souvenirs. Au rythme de trois parties inégales, trois vagues d’une mer intranquille, elle ouvre les fenêtres de la demeure de vacances des îles Hébrides aux souvenirs d’abord, puis au temps qui passe, silencieux, qui empoussière et jaunit la maison, et enfin à l’âme intemporelle des siens et de ce passé qui la constitue.

À peine pose-t-elle sa plume que Leonard, son mari, crie au chef-d’oeuvre. Virginia Woolf elle-même considère cet ouvrage comme le meilleur de ses livres. Elle y perçoit à la perfection les « flux de la conscience », illuminés par ces miracles quotidiens qui donnent sens à la vie comme autant d' »allumettes inopinément frottées dans le noir »… Ou comme les feux alternatifs d’un phare.

– 17 juin : Un livre au choix de Susan Fletcher. J’ai choisi Avis de tempête mais vous pouvez en lire un autre, tant que c’est cette auteure. Avec Claire (Frenchbooklover), Cryssilda et Sylire.

avis de tempête

Après le succès international de son premier roman, La Fille de l’Irlandais, Susan Fletcher revient avec un deuxième livre encore plus réussi.
Moïra, vingt-huit ans, est au chevet de sa jeune soeur, Amy, qu’une terrible et inexplicable chute a plongée dans le coma depuis cinq ans. Habitée par le remords, Moïra parle à sa cadette. Elle s’excuse de n’avoir pas été la soeur rêvée. D’une extrême sensibilité, c’est une écorchée vive qui ne peut, n’a jamais pu et ignore comment s’abandonner à l’amour des autres, de ses parents, de sa soeur, et plus tard de son époux…
Au travers de cette confession, Moïra cherche à la fois à se faire pardonner, et à assumer enfin son statut de femme, en paix avec elle-même.
Avec de saisissantes descriptions de la nature et de la mer, qui rehaussent ses talents d’artiste, Susan Fletcher nous conte une histoire émouvante d’amour, de peine, et de rédemption.

20 juin : Un livre au choix d’Agatha Christie. J’ai choisi Le chat et les pigeons. Avec Heide, Enna, Lydia, Karine, George, Kélig, Cartons d’Emma, Noctenbule, LilouSoleil, Mrs B, Lisou, Coralie et plein d’autres !

le chat et les pigeons

Que de remous dans ce pensionnat de jeunes filles renommé qu’est Meadowbank : des professeurs y trouvent la mort dans des circonstances qui dépassent l’entendement. Le coupable est-il un sadique, ou un membre du personnel ? Les crimes sont-ils liés à la présence d’une jeune princesse orientale ? Y a-t-il une corrélation entre eux et un certain petit paquet de grande valeur qu’on n’arrive pas à retrouver ?

24 juin : Pierre de lune de Wilkie Collins avec Heide, Val, Natiora, Denis, Rachel, Virgule, Choupynette, Rachel, Coralie et Jainaxf

pierre de lune

Ami et rival de Dickens, Wilkie Collins invente avec Pierre de lune le premier récit policier moderne, et donne au roman une nouvelle mission : dire et montrer ce qu’il est de bon ton de taire et de cacher. Borges, T. S. Eliot, Charles Palliser aujourd’hui, considèrent ce livre comme l’un des sommets absolus du genre. Il n’est évidemment pas question de résumer ici ce roman gouverné de bout en bout par la peur, oeuvre  » hitchcockienne  » avant la lettre, qui réussit cet inquiétant tour de force : une fois le livre refermé (après quelques nuits blanches), chaque lecteur possède, ou croit posséder, son interprétation du mystère. Du très grand art. Précisons que la présente édition de Pierre de lune est la seule en français à n’avoir été ni censurée ni abrégée.

25 juin : Drôle de temps pour un mariage de Julia Stracey avec George, Fanny (Netherfieldpark) et Eliza (Passion lectures)

drôle de temps pour un mariage

Dolly va épouser Owen dans quelques heures. Elle se préparer en versant du rhum dans son verre à dents, les cousins se chamaillent, les premiers cadeaux arrivent, et Joseph guette celle à qui il n’osa se déclarer l’été précédent.
« Un petit livre par sa taille, mais grand par sa perfection, plein de la cocasserie des situations douloureuses… »
Ce « bijou oublié de la littérature anglaise » (Livres-Hebdo) fut publié à l’origine en 1932 par Virginia Woolf, qui en disait : « Un très joli texte, intelligent, acide, franchement assez remarquable ».

27 juin :Un livre au choix de Daphné du Maurier. J’ai choisi Rebecca avec Heide et Estelle calim (Lire, relire, ne pas lire) lira L’auberge de la Jamaïque.

rebecca

Sur Manderley, superbe demeure de l’ouest de l’Angleterre, aux atours victoriens, planent l’angoisse, le doute : la nouvelle épouse de Maximilien de Winter, frêle et innocente jeune femme, réussira-t-elle à se substituer à l’ancienne madame de Winter, morte noyée quelque temps auparavant ? Daphné du Maurier plonge chaque page de son roman – popularisé par le film d’Hitchcock, tourné en 1940, avec Laurence Olivier et Joan Fontaine – dans une ambiance insoutenable, filigranée par un suspense admirablement distillé, touche après touche, comme pour mieux conserver à chaque nouvelle scène son rythme haletant, pour ne pas dire sa cadence infernale. Un récit d’une étrange rivalité entre une vivante – la nouvelle madame de Winter – et le fantôme d’une défunte, qui hante Maximilien, exerçant sur lui une psychose, dont un analyste aurait bien du mal à dessiner les contours avec certitude. Du grand art que l’écriture de Daphné du Maurier, qui signe là un véritable chef-d’oeuvre de la littérature du XXe siècle, mi-roman policier, mi-drame psychologique familial bourgeois. –Pierre Guillaume

30 juin : Virginia Woolf de Viviane Forrester en hommage à son décès du 30 avril 2013. Avec Heide, Denis et Philisine.

virginia woolf

Dans un récit bouleversant, Viviane Forrester nous présente une Virginia Woolf chatoyante, désopilante et meurtrie, différente certainement de la légende bâtie par son mari Leonard… Une femme qui eut à subir son génie, à s’efforcer de le faire accepter par les siens. Une femme qui aura pu dire : « Je sens dans mes doigts le poids de chaque mot », avant de répondre à « l’étreinte » promise par la mort en allant se noyer, les poches pleines de pierres, dans la rivière Ouse. Un suicide dont on découvrira des causes, jusqu’ici enfouies.

Cette magnifique biographie pulvérise la légende de Virginia et Leonard – la folie maniaco-dépressive de l’une ; la pieuse dévotion de l’autre – en mêlant à la précision de l’enquête littéraire la force vive d’une écriture romanesque. Nils C. Ahl, Le Monde des livres.

Si vous voulez nous rejoindre n’hésitez pas car on le sait tous : plus on est de fou et plus on lit !! 😀

J’en ai d’autres dans ma PAL et je réfléchis à ceux que je pourrais lire encore. Si vous en voyez qui vous plaisent, dites-le moi ! (pas de pavés par contre, ça me dit pas trop en ce moment)

Pour vous inscrire au challenge anglais c’est ICI ou LA.

Advertisements