Marie Sizun – La femme de l’Allemand

By

la femme de l'allemand

Le monde de la petite Marion vacille. Elle aime sa mère, Fanny, mais une dissonance s’installe dans leur relation. Une voix un peu trop haute, des emportements inexplicables, un silence embarrassé à propos de ce père allemand dont Marion ne sait rien ou presque. Avec le temps, Marion apprend : Fanny est maniaco-dépressive. Les rôles s’inversent alors. L’adolescente endosse cette raison qui doucement quitte sa mère. Elle la protège, la couvre en taisant ses excès. Mais l’amour ne suffit pas pour terrasser la folie. {quatrième de couverture}

Ce roman est un grand coup de coeur pour moi. J’ai beaucoup de mal à en parler tant je l’ai apprécié. Un livre qui aborde une des choses de la vie qui je trouve est terrible : la maniaco-dépression. Comme tant d’autres choses, toutes ces choses qu’on ne contrôle pas et qui font tant souffrir, qui détruisent, qui s’insinuent dans les vies sans crier gare, lentement, insidieusement, qui peuvent transformer un amour en haine. Une femme, une mère qui en est malade. Une petite fille qui y fait face pour la première fois à l’âge de deux ans mais qui ne se rend pas compte sur le moment. Une petite fille qui va aimer si fort sa mère que ce ne sera que souffrances, paradoxes et contradictions dans ses émotions, petit à petit. « Ta mère fait tout trop haut, fait tout trop fort. Elle n’est pas comme les autres.(…) Dans un monde décoloré elle est en rouge. Elle crie au milieu des muets. Elle danse parmi des gisants.(…) Ta mère magnifique, insupportable. Tu as honte d’elle, de son exaltation, de ses couleurs , de ses cheveux fous, de son trop de vie. Tu l’admires follement. (…) Elle t’entraîne jusqu’à la maison d’une main ferme. Tu es confondue d’amour et d’effroi. »

Une famille déchirée par la honte et le jugement d’un amour impossible, celui d’un allemand avec une française à la fin de la guerre. Des non-dits. Des parents qui ne parlent plus de leur fille, qui ne parlent plus à leur fille et, une femme qui déteste ses parents. Et la maladie qui a pris place. Seule avec sa fille, fruit de cet amour. Un amour entre elles fusionnel, un amour intense et enfantin. Une enfant qui admire sa mère. Mais le temps n’est pas un ami. Des phases de crises, des phases d’hôpitaux psychiatriques, des phases de calmes. Calmes de plus en plus courts, inquiétudes de plus en plus grandes. L’espoir, puis l’espoir qui s’amenuise. Des souvenirs, des souvenirs qui sont si lointains et qui plus le temps passe plus ils ne pourront désormais n’être que de beaux souvenirs. Parce que les beaux jours c’était avant, parce que Fanny s’efface. Impossible de revoir et retrouver ce visage connu, ce visage d’amour, ce visage aimant. Une démente prend de plus en plus de place. Une petite fille qui grandit. Oui Marion grandit et comprend de plus en plus ce dont souffre sa mère, Fanny. Et la culpabilité, entre désir de protéger et promesse impossible. Des grands-parents qu’elle détestait au travers de Fanny mais qu’elle apprend à connaître et à aimer. Une tante des plus serviables. Un amour absolu, un lien unique qui s’effrite. La maladie est là, la maladie dirige, la maladie est incontrôlable. Et puis un père absent, un père Allemand, la honte (nous sommes après-guerre mondiale), la mort supposée qui sépare. Les non-dits, encore les non-dits. Et un amour puissant, celui de l’inconnu, celui du père qui n’est pas là et qu’on recherche dans toutes ces choses qu’on peut faire qui nous rapprocheraient de lui, comme d’apprendre l’allemand.

Et cette fille qui n’est plus fille qui devient femme. Et cette mère qui devient jalouse, qui fait peur. Marion voit le monde autour d’elle, Marion voit sa mère partir, partir loin en ayant peur qu’elle ne revienne jamais. Puis elle revient, mais pour combien de temps ?

Une histoire narrée par un tiers, qui raconte l’histoire de Marion à la deuxième personne du singulier. De sa naissance à ses 16 ans. Une écriture riche, vraie, pudique, belle, sensible. Une écriture qui ressemble à Marie Sizun, toute en émotions. Je ne dirais rien d’autre que de vous plonger dans cette histoire déchirante, pleine de vérité, d’amour et de douleur en pudeur. Je suis émue par cette histoire et admirative face au style et à la profondeur d’écriture de Marie Sizun.

coup de coeur

Citations : 

« … tu lui avais découvert ce visage effrayant, ce regard jamais vu, ce regard d’ailleurs, ce regard que, jamais, plus tard, quand il reviendra, quand tu le retrouveras, tu ne pourras soutenir sans effroi. Pourtant, alors, tu seras habituée ; tu sauras. Tandis que ce jour-là, le jour de la petite route, c’était la première fois. La toute première fois. »

« Oui vous êtes heureuses toutes les deux, ta mère et toi ; heureuse d’un bonheur lumineux, singulier, bien à vous. Un bonheur si naturel qu’on ne penserait pas qu’il puisse s’arrêter. Pourtant, tu sens déjà, quelque part, comme une ombre. Tu as le vague sentiment que quelque chose peut arriver : une idée comme ça, une inquiétude indéfinie. Un peu comme la crainte qu’on a pour des bulles de savon, ces bulles merveilleuses, toutes dorées, que Fanny t’a appris à faire devant la fenêtre : tu sais qu’elles peuvent éclater l’instant d’après et ne rien laisser, que le souvenir d’un rêve. »

« Elle pleure. Et ces larmes qui sont la seule chose vivante de son visage, ces larmes qui coulent toutes seules, on dirait qu’elles emportent la vie. On dirait qu’elles vident Fanny de sa vie. On dirait que Fanny perd sa vie comme on perd son sang. »

Lecture commune avec Heide et Mazel.

Biographie : 

Marie Sizun est née en 1940. Elle grandit et fait ses études à Paris. Agrégée de lettres classiques en 1964, elle devient professeur de littérature en France avant de partir à l’étranger enseigner le français dans des Écoles européennes, d’abord en Allemagne, pendant dix-sept ans, puis en Belgique. Mère de trois enfants, elle est de retour à Paris en 2001.

Marie Sizun a écrit toute sa vie des petits textes courts, des nouvelles, mais c’est à l’âge de la retraite qu’elle décide de se consacrer pleinement à l’écriture. Amoureuse de la Bretagne, la romancière se choisit pour pseudonyme le nom d’un cap breton en souvenir d’heureuses vacances. A l’âge de 65 ans, Marie Sizun publie son premier roman, Le Père de la petite (Arléa, 2005). Dix huit-mois plus tard paraît La femme de l’Allemand (Arléa, 2007) où l’on retrouve, dans un style sobre et pudique, les mêmes interrogations autour de l’Histoire, la filiation et l’amour. Avant d’être un nom de plume Marie Sizun est aussi celui d’une peintre qui de temps en temps expose ses toiles lors de petites expositions estivales.

J’inscris cette lecture au challenge Marry me de George ainsi qu’à mon challenge A tous prix pour le Grand prix des lectrices de Elle 2008.

challenge-marry-me A tous prix

Advertisements