Emmanuel Venet – Rien

By

rien

Le narrateur, marié depuis de longues années à Agnès, décide de l’amener pour leur vingtième anniversaire de mariage au Negresco, un hôtel, afin de « signifier [son] désir de pacification et [sa] volonté de réparer ce qui peut l’être d’un lien érodé par si longtemps de vie commune. » Après avoir fait l’amour elle lui demande à quoi il pense. C’est à cette occasion et avant de lui répondre qu’il nous fait le récit de la vie tourmentée de Jean-Germain Gaucher dont il a étudié l’oeuvre et les récits, compositeur de début de vingtième siècle. Il nous livre aussi les points de ressemblance qu’il y trouve avec sa propre vie et ses vicissitudes. « Je ne me résoudrai à faire parler un mort qui m’inspire un tel sentiment de fraternité, et avec lequel je me reconnais autant de points communs. »

Jean-Germain Gaucher, un compositeur non reconnu et qu’il souhaite réhabiliter grâce à son ami Daniel Warms. Un homme qui ne fut que le compositeur de musique de la Pagode enchantée à Pigalle et qui aurait pu faire bien plus si il ne s’était pas perdu dans cette vie et avec une femme qui n’était pas la bonne. La maladie, l’alcool, les femmes, la faillite. Un homme qui finira mortellement blessé par son propre piano.

J’ai beaucoup aimé ce roman, d’une écriture ciselée avec des termes très littéraires et donc un plaisir de lecture non négligeable. Un homme qui connait parfaitement la vie de ce compositeur grâce aux essais, au roman et aux appareils critiques qu’il a pu faire sur Jean-Germain Gaucher, et qui nous narre avec brio ces deux vies, dont la sienne. Le questionnement sur ce qu’aurait été la vie si on avait fait des choix différents : « Tout repose sur une ignorance de soi universelle et irréductible : s’il avait pressenti, adolescent, la hauteur à laquelle il pouvait prétendre s’installer, Jean-Germain Gaucher n’aurait jamais mis un pied à Pigalle, et n’aurait jamais galvaudé son oreille ni son talent dans des entreprises aussi vaines que celles qui ont assuré sa pitance en le tuant à petit feu. Tout découle d’un manque d’ambition et de confiance en soi, qui l’a rendu vulnérable aux poisons de la routine et de la facilité. »

Sont abordés ici, les thèmes existentiels à travers le travail, la vie de couple, les passions, les (mauvais) choix, les déboires… Je vous conseille vivement ce roman très réussi !

Ce livre a été lu dans le cadre de l’opération On vous lit tout, organisée par Libfly et le Furet du Nord. Merci beaucoup pour l’envoi de ce livre !

Ma note est de 4/5.

on vous lit tout

Cliquer sur le logo pour découvrir les chroniques de la rentrée littéraire chez Libfly

Publicités